accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Réseau > 4 - L’Écho des brouettes > L’Écho des brouettes, n° 2 (2003)

Articles

La vie rêvée des groupes : « Sans non »

Hellemmes, le plomb et nous


Ça y (re)est, le « jardin Sans non » aura sa clôture en mars. En mars, comme toujours, mais en 2003, cette fois (que l’on espère bonne).

En effet, le Terrain sans nom est inclus dans le Plan Vert pour une opération qui espère profiter des budgets GPV (Grands Projets de Ville). Le retard pris par le dossier semble épargner la partie destinée au jonc d’Hellemmes. La mairie, au vu des (relativement) faibles coûts demandés, serait prête à installer notre clôture au 1er semestre.

Un autre « plomblème » : le report d’une année - qui a failli être encore allongé par le dossier GPV - était justifié par des études de pollution (suivant le fameux principe de précaution) avant le transfert de propriété à la ville d’Hellemmes. Il sera peut-être nécessaire de décaper une petite partie dont la pollution au plomb est trop importante (sondages et analyses de l’institut supérieur d’agronomie d’Arras).

Un dernier problème concerne des voisins dont le mur d’habitation est victime de remontées d’humidité, suite aux apports de terre qui ont relevé le sol du Terrain sans nom (l’ancien Parc à matières de l’usine Fives Caïl). Aussi, un drainage est prévu près de l’actuelle clôture mitoyenne au nord du terrain.

Peut-on espérer commencer, sans crainte, à ébaucher des plans d’aménagement sur ce jardin ou du moins sur la comète. En tout cas, une étape décisive semble franchie, même si nous manquons les meilleures époques de semis et de plantation (bisannuelles, ligneux et bulbes).

Claude Delattre