accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les Jardins > HELLEMMES : Le Bizardin > La Vie sur le « Bizardin »

Articles

Récit

Journée de taille au Bizardin


(par Christiane)

Samedi 23 janvier, 10h...Aïe aïe aïe, il faut s’arracher, le froid, et puis il va pleuvoir, là-bas c’est la gadoue garantie...

Mais qu’est-ce qui t’a pris de fixer cette date de travaux au Bizardin ! Rien à faire, faut y aller, les autres y seront !

Vite, les courses, et trente-six-mille trucs à règler avant...Midi, tu t’équipes péniblement, les bottes, deux pulls, trois pulls, le bonnet, et qu’est-ce que j’ai foutu des gants, les outils, et vite, faire un café pour les copains...

Dans la rue déjà, c’est plus pareil, tiens, il fait bon....un rayon de soleil te ragaillardit.

Une bande de pies squattent le Terrain sans Nom. Tu arrives au jardin, ton regard fait le tour, la Mare aux Dragons est gelée, mais des feuillages sont encore là, le chèvrefeuille d’hiver, très odorant, est en fleurs, la viorne arbore des petits pompons roses, ça sent le miel...

Un accenteur mouchet dans le sureau, là, chante comme si c’était le printemps...il est fou, l’oiseau, ou quoi !

Tu repères le boulot de taille, monstrueux, te dis-tu...Les arbres dénudés semblent légers, peu encombrants, mais tu sais qu’en été, le Bizardin deviendra trop touffu, y a pas, faut élaguer !

Namir est déjà passé par là, avec Pauline et Julie, avec eux ça dépote ! Céline et Michel était aussi de la partie le matin, des courageux...

Tu commences à tailler le pommier sauvage, il gêne le passage, et puis il est mal foutu, faut lui redonner une belle forme.

En même temps tu te demandes, y en a qui disent de laisser pousser, qu’il faut pas tailler, on martyrise les arbres...oui, bon, allons-y quand même.

Idem le châtaignier, avec les conseils de Namir, tu prends grand plaisir à le réduire et l’alléger peu à peu tout en respectant son allure tourmentée, si belle.

Avec Valérie l’après-midi, on se sent bien en équipe, ça fait du bien d’être dehors, tu oublies que tu es en ville, tes soucis sont loin derrière toi, il fait bon, même pas froid, et du soleil !

Il fait toujours beau au Bizardin.

On attaque les arbustes autour de la mare, puis la haie de la prairie, les cornouillers envahissants en diable, non mais ils se croient tout permis, et les sureaux pareil, et les prunelliers et les aubépines, pas facile, ça pique, mais on rentre dedans sans faiblir ! et que je te taille, et que je te rabats, ça et là, sur la Butte aux enfants, et derrière, le long de notre “promenade ombragée” qu’on est fiers d’avoir réussi.

Namir et les filles sont dans la Mare aux dragons, Tarass Bouba est passé par là, les joncs sont ratiboisés.

Les grenouilles rousses vous disent merci, elles pondent déjà en février.

Partout dans le jardin, des branches au sol, à ramasser. Les copains, on compte sur vous quand vous passez au Bizardin, faites un gros tas au fond à gauche, on broiera tout ça au printemps.

16h, on prend un café, un thé, on est super contents de notre journée.

Tu vas rentrer chez toi d’attaque, ma vieille, à refaire un de ces jours ! Il y a encore de la taille en vue... Qu’il est grand ce Bizardin, merci René * !

* Une vieille histoire entre nous : à la création du jardin, René nous avait persuadés, avec la ténacité qu’on lui connaît, de demander à la mairie un terrain plus grand que ce qu’on prévoyait...