accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les Jardins > HELLEMMES : Le Bizardin > La Vie sur le « Bizardin »

Articles

Rêveries au jardin


Le jardin paradis de juin 2012

Un dimanche après-midi de pluie, tu entres au Bizardin. C’est vert et c’est mouillé. Les herbes sont hautes, elles cachent les petits arbustes. Le gratteron collant s’accroche aux vêtements. Des saules partout qui poussent à toute vitesse, avec la pluie de ce printemps. Ils entourent la Mare aux dragons, ils coiffent punk le tipi, ils délirent en tonnelle devant l’abri, sur la Butte aux enfants et dans le labyrinthe. Tu dois te baisser sous les branches chargées d’eau. Partout du désherbage et de la taille en perspective.

Tu passes devant l’hôtel à insectes, le parfum suave des rosa multiflora aux églantines blanches t’enveloppe. Tu remarques que l’amélanchier canadensis sur la Butte porte pour la première fois des fruits, baies comestibles crues ou cuites appelées amélanches (ou saskatoon en langue Cri !). Le genêt d’Espagne, géant, est jaune d’or. Les sureaux arborent leurs ombelles, prêtes pour le vin de sureau.

Des fleurs : le sainfoin rose caché dans les hautes herbes de la Maravane, les marguerites, les sauges officinales violettes, reines du jardin, les géraniums vivaces ; dans les carrés médiévaux, les knauties mauves, les ancolies roses, la valériane, le mélilot, la campanule des pêchers, et le rosier gallique pourpre aux étamines dorées et au parfum délicieux. Le châtaignier aux pompons marque l’espace qui te conduit au potager. Fèves, laitues, oignons, pommes de terre…Les fraises pointent leur nez. La petite tour à insectes des enfants trône au milieu du romarin, de l’hysope, des topinambours, des marguerites, de la lavande, de la menthe et de la tanaisie. Dans les carrés des aromatiques : centaurée des montagnes, myosotis, thym, scabieuse, « Manteau de Notre-Dame » (alchemille mollis), nigelle de Damas, thym et menthe citron, capucines…Une libellule se repose sur la sauge pourpre. Tu découvres une belle rangée de seigle géant qui se balance avec élégance. A la pointe du jardin, délaissée, les orties prospèrent. Le weigelia est rouge de fleurs, et le grand rosier multiflora recouvre le petit portail. Sur l’arche blanche, la vigne et la glycine se rejoindront bientôt.

D’autres floraisons se préparent... le mélilot, la phacélie, le jasmin des poètes*, les ajoncs, les centaurées jacées de la prairie, les chèvrefeuilles, les rosiers lianes sur la clôture ; le deutzia est en boutons, bien caché là-bas au fond derrière le sorbier ; et dans le carré des médicinales, les grandes onagres ouvriront leurs corolles jaune pâle le soir.

Tu aimes le panneau coloré de la Marchouette, près du rosier rubiginosa aux tendres églantines roses ; la Mare aux dragons attend encore son dragon-girouette. La mouette tourne au vent avec un petit bruit sec. Une mésange à longue queue passe en flèche. Par-ci par-là, tu fais les gestes qui sauvent : tu dégages l’aronie noire cernée par le rosier rampant, tu coupes les grosses ronces dans le rosa rugosa de la haie, tu cisailles les tiges du raifort chargées de graines avant qu’elles se ressèment, tu raccroches une clématite en perdition, tu pailles le petit hêtre qui peine à s’imposer…

Au moment de partir, tu te retournes : tu t’aperçois que des arbres déjà grands dominent le paysage : les robiniers de la Butte aux enfants, un saule sycomore, un saule blanc, l’argousier envahisseur, les trembles, l’aulne glutineux, un bouleau aux deux troncs blancs enlevé autrefois à la station de retraitement des eaux (un « bouleau à papier », betula papiryfera, dont les Indiens du Québec utilisaient l’écorce pour leur canots ?), le « chêne de Charles », le sorbier des oiseleurs à l’autre bout du jardin, et tu te dis qu’un jour le Bizardin sera une forêt.

* le seringat

Texte de Christiane