accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les AJOnc des Hauts-de-France > 5 — Revue de Presse > 2002

Articles

Le Point.fr – Régions - Publié le 13/12/2002 à 12:38

Parcs : La ville se met au vert


Elodie Bécu

En mars 2005, un jardin public de 5 hectares remplacera le parking du boulevard Jean-Baptiste-Lebas. Les travaux commenceront en septembre 2003 pour une première ouverture au public, partielle en mars 2004 et totale un an plus tard. Ce projet d’un budget de 457 000 euros, confié à un cabinet hollandais, est l’une des mesures phares du schéma de développement des espaces verts de la ville.

Eric Quiquet, adjoint au maire chargé des espaces verts, s’est fixé pour objectif de « déminéraliser » Lille. Avec 290 hectares de parcs et jardins, soit 13 mètres carrés en moyenne par habitant et un petit 2 mètres carrés à Wazemmes, la métropole manque de verdure. Depuis les dernières municipales, où le score des Verts au premier tour (15,5 %) a montré l’aspiration des Lillois à un meilleur cadre de vie, la mairie veut inverser la tendance.

« La nature n’est pas un gadget, affirme Eric Quiquet, élu écologiste. L’attractivité de notre ville va se jouer demain sur la qualité de nos espaces verts. Lille doit se mettre au niveau de métropoles comme Nantes si elle veut attirer les cadres. » Pour y parvenir, Eric Quiquet souhaite tout d’abord requalifier les parcs existants. 600 000 euros ont ainsi été débloqués pour remettre le jardin Vauban en état. Mais l’élu, qui dispose d’un budget d’investissement de 13,1 millions d’euros sur l’ensemble du mandat et de 2 millions d’euros de fonctionnement par an, a aussi pour ambition de créer de nouveaux espaces verts. Sa marge de manoeuvre reste étroite, car les espaces libres sont rares en ville. Outre le projet du boulevard Jean-Baptiste-Lebas, la mairie envisage d’aménager les alentours de la citadelle et de rendre accessibles à pied les bords de la Deûle. Cette transformation est actuellement suspendue à la décision du ministère de la Culture d’autoriser ou non l’agrandissement du stade Grimonprez-Jooris. Dans l’espace très urbanisé de la métropole, Eric Quiquet en est réduit à « faire de la couture » pour trouver de nouveaux interstices disponibles. La municipalité a signé une convention avec l’Association des jardins ouverts mais néanmoins clôturés (Ajonc) pour encourager la création d’un jardin communautaire par quartier d’ici à 2007. L’adjoint au maire veut aussi redonner des couleurs à la ville en organisant des « maillages écologiques ». « Nous allons créer des continuités végétales en plantant des allées d’arbres pour relier les parcs, explique-t-il. La ville doit être un support pour maintenir, accueillir et développer la biodiversité. »Ce sera l’objet d’un futur « plan vert pour Lille ». Cette politique de revalorisation de la nature en ville s’inscrit dans un ensemble plus large : la communauté urbaine a annoncé le mois dernier qu’elle souhaitait quintupler sa surface en espaces verts d’ici à 2020