accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Réseau > 4 - L’Écho des brouettes > L’Écho des brouettes, n° 2 (2003)

Articles

La vie rêvée des groupes

Balade en passant par les Maguettes


Depuis quelques temps, je passe régulièrement devant le jardin des Maguettes en revenant de la gare pour rentrer sur Fives En chemin mes pensées vagabondent parfois sur le paysage qui m’entoure.

La traversée d’Euralille et d’Euralille bis (côté Saint Maurice) est des plus déprimante. J’ai connu les lieux avant tout ça. Je suis convaincue de l’utilité de projet urbain de grande ampleur, mais je suis atterrée par le résultat. La cause étant perdue, je laisse derrière moi les derniers immeubles en construction grignoter l’espace libre.

Signal du retour dans un univers à dimension humaine, en contrebas, la ferme des Dondaines, miraculée de l’expansion urbaine, ressemble un peu à une maison de poupée. C’est toujours une agréable surprise de sentir une odeur de campagne en longeant sa clôture.

Quelques rues plus loin, pour trouver le jardin des Maguettes, il faut chercher soigneusement ou bien connaître le coin. Le lieu est discret, c’est ainsi que nous l’avons trouvé, oublié des projets immobiliers, et que nous avons voulu le maintenir. Il faut s’arrêter et regarder à travers la grille pour le découvrir.

Pourtant, derrière le mur de briques, le jardin a pris forme depuis un an déjà que nous l’occupons. Des allées bordées de briques parcourent le jardin, le coin potager est maintenant planté, le bois ramassé est bien empilé, les premières fleurs ont pointé leur nez, et la cabane à outils, pourtant bien remplie, ne subit plus les assauts des petits pirates du quartier. Pour le reste des aménagements, le travail se fait peu à peu et c’est bien que les choses aillent à leur rythme.

Je m’arrête un instant pour penser aux moments passés sur le jardin, j’aimerais parfois qu’ils soient plus nombreux Je me rends compte que faire vivre le jardin est loin d’être la partie la plus facile du projet de jardin communautaire.

Le reste du parcours jusqu’à chez moi est sans intérêt, sachez seulement que toute monattention est mobilisée pour ne pas me faire couper en deux en traversant diverses voies où les piétons ont intérêts à bien se tenir.

Fatima Canal