accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les AJOnc des Hauts-de-France > 5 — Revue de Presse > 2011

Articles

La Voix du Nord » Edition Roubaix » Actualité Roubaix » samedi 19.03.2011

À Roubaix et ailleurs dans la région, des jardins où l’on ne cultive pas un petit coin de nature rien que pour soi


Au-delà de l’aspect environnemental, le but de ces jardins est de partager et de protéger la nature.

ON EN PARLE

Derrière les grilles, il y a un jardin. Un jardin qui sait s’ouvrir à ceux qui veulent partager ...

l’envie de faire vivre la nature. Tout en haut de la rue de Lille, dans l’enceinte même des Papillons blancs, il est placé sous l’oeil bienveillant des AJOnc, l’association des Amis des jardins ouverts et néanmoins clôturés, qui promeut une autre façon de voir un simple espace de verdure.

Il y en a douze dans la métropole et au total vingt dans la région, créés sur le même principe que le pionnier des jardins communautaires, en 1997 à Wazemmes.

« Ce ne sont pas des jardins familiaux, insiste René Penet, le directeur de l’association à l’origine du concept. La démarche est différente : c’est le "faire ensemble". Ce sont des unités écologiques où l’on respecte l’environnement, mais ce ne sont pas que des potagers bio ! » Prenons l’exemple de celui de Roubaix : il y a bien quelques poireaux en cette saison, mais on voit des arbres fruitiers qui ne demandent qu’à prospérer, une mangeoire pour oiseaux et surtout une mare. Un panneau d’interprétation l’accompagne, signe de la volonté d’oeuvrer pour la pédagogie.

Ce qui est marquant, c’est ce que ce jardin a été pensé « dès la conception du centre des Papillons blancs ». Une façon de pousser encore plus loin le concept de jardin partagé « avec la volonté d’impliquer l’habitant dans la gestion de l’espace ».

Mais René Penet le concède. Ces habitants ne sont pas assez nombreux. C’est la raison pour laquelle la volonté de l’association est de voir ces jardins devenir le plus ouverts possible.

« Le but est de se retrouver, ensemble, de partager un projet avec d’autres. Certains participants ont un jardin chez eux mais viennent quand même dans des jardins communautaires. » En général, un jardin rassemble autour de lui une quinzaine de personnes. Mais à Wazemmes, lors de certaines manifestations, il arrive que jusqu’à 150 amoureux de nature se retrouvent.

Une dizaine d’autres jardins sont en préparation dans la région en milieu urbain mais pas uniquement on peut tout à fait échanger dans un petit bout de nature même quand la campagne n’est pas loin. Les AJOnc fédèrent près de 400 adhérents. Leur but pour les années à venir, « consolider l’existant », notamment les financements (venant principalement la Région et le Département les communes s’y rajoutent généralement). Six salariés dont trois en contrat aidés pour lesquels l’association va devoir trouver des solutions. Il y a surtout la volonté de créer un guide régional de tous ces jardins, les voir devenir des lieux de balade. Qu’ils ouvrent leurs clôtures. • M. G.

La Voix du Nord

Le Jardin de tout le monde à Roubaix