accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Dicton de la semaine > ARCHIVES > 09 - Septembre

Articles

1er septembre : Saint-Gilles

« Pluie de Saint-Gilles ruine les glands » mais « S’il fait beau à la Saint-Gilles, cela durera jusqu’à la Saint-Michel »


Concordance calendrier Républicain : (Quintidi décade 35) 15 Fructidor - Truite

Saint-Gilles : d’origine grecque (né à Athènes vers le milieu du VIIè siècle), il vécut en ermite dans les forêts près de Nîmes dans le Gard où il fonda une abbaye. Sa popularité lui vint de ce que le monastère construit au VIIe siècle et dédié à Saint Pierre et à Saint Paul, pris son nom au milieu du 9è siècle, nom que pris plus tard la ville qui s’est formée ensuite (Saint Gilles du Gard). Son tombeau, placé dans l’église, allait y attirer des foules de pèlerins d’autant que le monastère se trouvait sur l’un des itinéraires de Rome à Compostelle. Les pèlerins s’y arrêtaient, invoquant Saint-Gilles contre la peur et le feu, pour la guérison des maladies nerveuses et pour la protection des enfants et chantaient les louanges de saint Gilles à leur retour dans leur pays. Saint Gilles est représenté avec une biche, car selon une légende du Xe siècle, une biche, poursuivie par des chasseurs, se réfugia dans sa grotte, et vint se coucher à ses pieds. Il mourut aux environs de l’an 720.

Etymologie : Le prénom Gilles a pour origine le prénom latin Aegidius qui est apparentée au terme grec Aigis, aigidos , signifiant " peau de chèvre ".

Les boucliers des combattants de l’Antiquité hellénique étaient recouverts de ce cuir soigneusement tanné, et aigis en vint assez rapidement à désigner cet objet. La légende dit qu’ aigis était le bouclier miraculeux d’Athéna et de Zeus.

C’est de là que le mot français égide, signifiant protection, soutien..., tire son origine.

En France, depuis 1900, environ 176000 enfants ont été prénommés GILLES, avec un maximum de popularité en 1959 avec environ 7500 attributions. Ces dernières années, le nombre de bébés prénommés Gilles est inférieur à 50 par an.

Petite histoire aux grandes conséquences d’un 1er septembre

1er septembre 1974 : mises sur le marché des premières cartes à puces inventées par le français Roland Moreno. Né au Caire en 1945, dès son plus jeune âge fait montre d’un esprit de curiosité hors normes. Passioné de bricolage il démontait tous les appareils ménagers lui tombant sous la main pour voir comment ils fonctionnaient. Le bac en poche, Roland exerce divers petits métiers : commis charcutier, monteur de luges, employé aux écritures au ministère des Affaires sociales, journaliste reporter à Détective, garçon de courses à L’Express, secrétaire de rédaction à Chimie actualités... Entretemps, chez lui, il continue à « bricoler » et inventer toutes sortes de dispositif plus ou moins farfelus (le Matapof, une machine à jouer à pile ou face sans pièce de monnaie, le Radoteur, qui crée des néologismes à partir de listes de mots du dictionnaire...) Il décide de créer sa propre société pour « vendre des idées » :Innovatron. En 1974 à l’âge de 29 ans il invente la carte à puce. Il présente officiellement son invention le 9 mars 1974 devant 24 banquiers nationaux et internationaux, à l’époque l’"objet portatif" étant une bague nommée "BB" signifiant "Bague Bancaire".