accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Dicton de la semaine > ARCHIVES > 08 - Août

Articles

27 Août : Sainte Monique

A la Sainte-Monique ne te plains pas si le soleil pique.


Concordance calendrier Républicain : 10 Fructidor (Decadi) - Échelle

Étymologie : Dérivé du prénom latin Monica, tiré du grec monos, monè, seul(e), unique, solitaire. Déjà attribué dans l’Antiquité. Après une très longue éclipse, renaît au XVIIè siècle dans les pays à doctrine essentiellement catholique suite à la diffusion et au rayonnement des Confessions et autres oeuvres théologiques de saint Augustin et à l’hommage qu’il rendait à sa mère, sainte Monique.

En France, Monique resta régulièrement attribué mais assez peu fréquent jusqu’au début du XXe siècle avant de connaître, de 1930 à 1960, une étonnante faveur. Il occupa même pendant plus de six ans, de 1936 à 1943, la première place au palmarès des prénoms féminins. A partir des années 60 il sera moins souvent attribué pour l’être très rarement depuis 1980.

Née en Afrique du Nord (332) dans une famille Berbère chrétienne, Monique est mariée très jeune à un notable païen de Thagaste, Patricius. Elle sera une épouse modèle pour ce mari infidèle et violent. Sa douceur et son silence sous les reproches finiront par convertir son époux. Elle aura de lui trois enfants, dont le futur saint Augustin. Devenue veuve en 371, elle se dévouera à ce fils dépravé et qui se flatte d’être adepte de la secte manichéenne, opposée à la foi chrétienne. Que de larmes ce fils coûte-t-il à sa mère. Pour y échapper, Augustin s’enfuit en Italie. Monique l’y rejoindra trois ans plus tard et aura le grand bonheur d’apprendre sa conversion et d’assister au baptême de ce fils chéri, qui deviendra l’un des plus grands théologiens chrétiens. Elle rendra son dernier soupir - de joie, dira Augustin - peu de temps après, en 387.

-  Petite histoire aux grandes conséquences d’un 27 août  : 27 août 1859 du pétrole jaillit pour la première fois du sous-sol àTitusville (Pennsylvanie), d’un forage de 23 m effectué par un bourlingueur du nom d’Edwin L. Drake (39 ans) se faisant appeler « colonel Drake ». Ce premier pétrole sera au début vendu comme « élixir de vie », un baume et remède miracle contre les entorses et les rhumatismes... Puis il servira de combustible pour l’éclairage. Il faudra attendre 1887 pour envisager son utilisation comme carburant grâce à l’ingénieur allemand Gottlieb Daimler qui dépose le brevet d’un moteur à essence.