accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Dicton de la semaine > ARCHIVES > 08 - Août

Articles

18 Août – Sainte Hélène

A la Sainte-Hélène, la noix est pleine et le cerneau se met dans l’eau


Concordance calendrier Républicain : 1 Fructidor - Prune

Étymologie : prénom d’origine Grecque

Hélène est entré dans l’histoire, vers le IXe siècle avant J.-C., avec le poème d’Homère consacré à la guerre de Troie, L’Iliade.

Même s’il ne semble pas se rattacher directement au soleil, helios, il conserve tout de même une évocation de la lumière puisqu’il dérive vraisemblablement d’hélènè, qui désigne une sorte de flambeau rituel, lui même certainement dérivé de helê qui signifie "chaleur".

Fille de Léda et de Jupiter, qui pris l’apparence d’un cygne pour séduire cette femme mariée, Hélène fut rapidement considérée comme la plus belle du monde et pourchassée par de nombreux prétendants. Elle épousa Ménélas, roi de Sparte, mais fut enlevée par Pâris qui l’emmena à Troie. C’est là l’origine de cette légendaire guerre de Troie qui a imprégné, via Homère, toute la culture occidentale. Le prénom Hélène commença à se répandre au début de notre ère dans la partie orientale de l’Empire romain puis, grâce à la gloire de l’impératrice Hélène, eu à partir du IVe siècle un rayonnement incomparable et se diffusa dans l’ensemble du monde chrétien.

Depuis l’année 1900, environ 280000 personnes ont été prénommées Hélène en France.

Sainte Hélène

Née vers l’an 249 de notre ère de parents domestiques (elle aurait été la fille d’un palefrenier) et elle même fille d’auberge, Hélène fut choisie comme concubine par le tribun militaire Constance Chlore qui ne pouvait l’épouser à cause de ses origines modestes mais l’associa à sa glorieuse destinée et lui donna un fils, Constantin.

Lorsqu’il devint César des Gaules en 293 il la répudia pour épouser une princesse impériale, Théodora, file de Maximien Hercule, mais la laissa dans un exil doré à Trèves avec son fils et se montra toujours bon pour elle. A la mort de Constance Chlore (306), ses fidèles de l’armée de Bretatgne acclamèrent comme leur empereur Constantin, le fils qu’il avait eu avec Hélène. Le nouvel empereur ne cessa de combler d’honneurs sa mère et la fit venir à Rome, lui construisant un palais magnifique, la proclama Augusta et lui conféra des monnaies frappées à son effigie, couronnée du diadème royal.

Chrétienne, elle se rendit en pèlerinage en Palestine où elle lança la construction de trois basiliques pour protéger les Lieux Saints et les "grottes mystiques" vénérés par les chrétiens. C’est à elle qu’on attribue en partie la conversion de Constantin au christianisme, qui fit de la religion chrétienne, jusque là persécutée, une religion officiellement reconnue.

L’impératrice Hélène mourut vers 329, à Nicomédie et sa dépouille, d’abord déposée à Constantinople, fut déposée à Rome dans un mausolée magnifique que Constantin fit construire sur la via Lavicana. Le sarcophage de sainte Hélène est aujourd’hui au musée du Vatican.