accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les AJOnc des Hauts-de-France > 5 — Revue de Presse > 2010

Articles

LA VOIX DU NORD – LILLE QUARTIERS - Édition du 23.6.2010

Rénovation de l’îlot Vanhoenacker : les riverains ont leur préférence


Au terme de la deuxième réunion publique, les habitants de l’îlot ont le sentiment d’y voir plus clair.

MOULINS

Trois scénarios d’aménagement de l’îlot Vanhoenacker ont été présentés aux riverains, ...

hier soir, dans le cadre de l’opération de rénovation de l’habitat ancien. Et, pour cette deuxième réunion publique, comme l’espérait Audrey Linkenheld, adjointe déléguée à la politique du logement, l’un d’entre eux semble avoir les faveurs des habitants. Même si, en tout état de cause, il ne s’agit encore que de pistes de travail.

> Les hypothèses La première semble la plus appréciée. C’est aussi la plus coûteuse. Elle prévoit de conserver l’habitat existant à l’angle des rues d’Avesnes et de Wattignies. En outre, « on réalise des maisons individuelles, complétées par un petit collectif, explique Pierre Bernard, l’architecte. Le stationnement est entièrement mutualisé en souterrain au nord de l’îlot ». Chaque maison individuelle disposerait d’un petit jardin. Dans cette première hypothèse,le jardin communautaire (celui des AJOnc) est déplacé au sud de la courée. Il y aurait 46 logements au total : 14 en habitat collectif, 20 maisons neuves, et 12 maisons réhabilitées.

Le deuxième scénario lui ressemble, à une différence de taille près : les maisons à l’angle de la rue d’Avesnes et de la rue de Wattignies sont rasées, pour laisser la place à des maisons neuves. Il prévoit 30 logements en collectif, et 20 maisons neuves. Enfin, le troisième ne propose que du neuf, réparti en un ensemble de petits collectifs (36 logements) situés face au jardin des Olieux et à la place du Carnaval, auxquels s’ajoutent de l’habitat individuel (25 logements). Dans tous les cas, le jardin communautaire est maintenu, mais se déplace en fonction des différentes propositions.

> Les réactions « Si j’avais à voter, je voterais à fond pour la première hypothèse », lance un riverain enthousiaste. Point de vue qui, à quelques exceptions près, est partagé par le plus grand nombre. L’idée d’associer du neuf à la conservation d’une partie de l’habitat existant se révèle finalement un compromis acceptable. Même si une habitante de la rue d’Avesnes s’emporte : « Moi, dans tous les cas, ma maison est rasée... » Un homme prend alors la parole : « On parle jardins, parkings, mais quid du budget ? Mes parents ont reçu une offre de rachat de leur maison indécente... » Audrey Linkenheld rassure : « France Domaine n’a pas encore effectué toutes les estimations. J’ai pris l’engagement que ceux qui sont propriétaires occupants puissent le rester. Financièrement, on peut par exemple envisager l’octroi d’aides exceptionnelles. » Le calendrier laisse encore toute sa place à la réflexion. « Le temps de racheter les maisons et de lancer la déclaration d’utilité publique, le chantier ne débutera pas avant 2012 », a assuré Audrey Linkenheld. • H. N.

La Voix du Nord