accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les Jardins > HELLEMMES : Le Bizardin > Réunions de concertation > 2003

Articles

chez Fabienne et Dominique, rue Dupleix

Invitation à la 26e réunion de concertation (Hellemmes) : le 6 septembre 2003


et compte-rendu de la réunion du 19 aout 2003

Proposition d’ordre du jour :

1. Aménagements du jardin
- Etablissons un échancier pour les travaux de jardin sur l’année
- Choix et localisation des aménagements du Jardin sans noN

2. Fonctionnement du jardin
- Quels moments choisit-on pour les réunions du Jardin sans noN ?
- Prévoit-on un moment spécifique pour échanger sur le fonctionnement du groupe ?

3. Animations en perspective
- Proposition de participation à la « Quinzaine de la Propreté » de la Mairie d’Hellemmes le samedi 11 octobre

4. Diverses infos AJOnc
- Sortie au Centre phytosociologique de Bailleul le samedi 13 septembre à 13 h 45 avec la Maison du Jardin
- Vélo Tour des JONC le dimanche 21 septembre à partir de 15 h
- Initiation à la mosaïque sur le jardin de Wazemmes le dimanche 21 septembre à partir de 15 h

Compte-rendu de la réunion de concertation du 19 août 2003

(par Claude)
Présents : Annie, Charles, Dominique, Pierre, Hélène, Claude
Excusés : Violaine, Jean

Potager

Pierre propose des achats goupés pour les jardins auprès des graines Bocquet (à Mouchaux, dans la Pévèle). Ils proposent des prix pour les associations. Les Graines Bocquet, 255, rue de la Mairie, 59283 Moncheaux. Téléphone : 03 27 80 11 36 — Fax : 03 27 80 32 91.

Pour le bilan du potager, Pierre rappelle que nous n’avons commencé qu’en juin et que nous vivons une sécheresse exceptionnelle : il n’y a donc pas à s’inquiéter. Il vaux mieux prendre les choses du bon côté : moins d’herbes à couper ou à arracher sur le reste du terrain !

D’après l’observation des réussites et échecs dans le potager, un constat de notre spécialiste potagiste : plein d’azote, manque de potasse. Proposition : amendement avec 50 kg de potasse naturelle autorisée en bio, le patenkali, un peu plus cher que les engrais chimiques. Engrais potassique granulé avec magnésium sans chlore pour : pommes de terre, légumes, tabac et cultures fruitères.

Récupération d’eau

Deux tonnes (= gros tonneaux) d’eau sont à aller chercher auprès de l’entreprise « Roquette » à la fin du mois. En effet,on ne peut rentrer à l’intérieur de ces établissements et la personne qui nous servira d’intermédiaire en se

faisant livrer les réservoirs est actuellement partie en villégiature. Bientôt 2’000 litres de stockage contre 12000 pour Pierre et ses 40 m² de toîture. La question se pose d’un plus grand nombre de tonnes (à 20 euros pièce) pour lesquelles René montre aussi son intérêt (enfin, celui des AJOnc !).

Cabane

La cabane de jardin récupérée par Charles a été remontée et réparée (plancher bouché, toît changé, goutières installées...), surtout par Charles, un peu par Claude et un tout petit peu par Jean et Annie. Un peu d’eau, symbolique, a déjà été récupérée.

Projets

Hélène demande ce qui est envisageable comme travaux actuellement : rien ! Les plantations d’arbres ne peuvent se faire qu’en novembre, beaucoup du reste à l’avenant. Au mieux on peut casser le sol pour mieux absorber l’eau future. Les semis d’époque : radis, épinard, mache... sont voués à l’échec vu la sécheresse. Pour Claude c’est le meilleur moment pour préparer nos projets d’aménagement, en faire les plans et les confronter pour les fondre dans un plan commun et programmer les travaux en fonction des moyens (matériels, humains, financiers) et des contraintes naturelles (saisons,etc.). Après, on verra pour la réalisation, mais il faut savoir où on veut aller. Il évoque la frustration de bricoler au jour le jour et de subir les pressions ou les aides et idées extérieures sans que, nous même, n’ayons de vision.

Charles rappelle son projet de jardins médiévaux. Cela nécessiterait un espace de 5,5 m au carré (4 surfaces de 2x2 m et un passage d’1,5 m entre celles-ci). Pour les matériaux : du plessis (vannerie de branchages qui maintient un sol surélevé). Il propose de voir avec la ville de Croix pour récupérer des perches de noisetiers ; autre possibilité évoquée : du saule dont les sources peuvent être les associations Chico Mendès ou les Blongios, la station d’épuration de Villeneuve-d’Ascq (l’une des trois expériences de traitements des eaux avec des sauleraies avec Orchies pour les effluents de Chicorée Leroux, et Killem dans les Flandres). Il faudrait voir alors à récupérer aussi de la bonne terre pour suréléver les cultures : peut être à la jardinerie « A la Ferme » ou avec la mairie de Hellemmes.

Les labyrinthes sont encore évoqués, haies vivantes d’osier tressé.

Voisinage

Les voisins qui avaient appelé les AJOnc pour se plaindre des mouches, des odeurs, etc… se sont manifestés depuis leur jardin mais ne désirent pas venir discuter en réunion. Ils rappellent que, l’année dernière, le point de compost avait été mis dans la pointe du jardin, loin des particuliers, en réponse à leurs préoccupations. Ils considèrent que nous n’avons pas respecté nos engagements en le plaçant le long de la palissade. Nous sommes dubitatifs pour l’afflux de mouches ; pour ce qui est des odeurs, Claude considère que ça été ponctuel (et puissant) lorsque nous avons remué le gazon qui fermentait. Il faudrait revoir le problème de livraisons de déchets végétaux que l’on ne peut pas forcément gérer ; on doit pouvoir assurer un mélange adéquat pour un bon compostage sans désagrément. Pour leurs autres plaintes : les chardons sont coupés, ainsi que le sureau qui menace de pousser la clôture, mais si personne ne déterre la souche, cela ne sert pas à grand chose. Quant à la butte, elle a été débroussaillée et n’offre donc plus de protection contre les personnes qui désireraient monter dessus pour observer l’intérieur des jardins. Claude rappelle le principe de plantation d’une haie opaque en haut de la butte lorsque ce sera la saison (octobre-novembre).

L’un des voisins a pu combler le fossé créé par le remblayage du terrain, il y a quelques années, contre son mur. Il a créé une pente de terrain qui permet à l’eau de s’écouler vers le terrain. Il continue des travaux en nettoyant le mur (l’ancien mur du bâtiment : vestiaire du hand ?) de ses morceaux de béton qui pendent. C’est très propre.