accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Les Jardins > HELLEMMES : Le Bizardin > Réunions de concertation > 2001

Articles

les 18 (19 h) et 20 juin (20 h), local Boldoduc

Invitation à la 02e réunion de concertation (Hellemmes) et à la réunion-visite du 18 juin 2001


et compte-rendu de la réunion du 6 juin 2001

Réunions :

  • On se retrouve le lundi 18 juin à 19 h - rendez-vous à la salle Boldoduc, à côté du Foyer des Aînés rue Chanzy - pour une balade-repérage de terrains, à vélo.
  • Réunion à 20 h au même endroit le mercredi 20 juin.
  • Une première réunion du groupe « Terrain sans Nom », constitué de membres de C.H.I.C., des Gens d’Hellemmes et de Boldoduc a lieu le lendemain 7 juin. On y réfléchira au projet global pour cet espace.

Compte-rendu de la réunion du 6 juin 2001 du groupe d’ Hellemmes avec les A.J.O.n.c.

par Christiane et Jean.
Présents : René Penet, Lise Perino et Jérôme, des A.J.O.n.c.. Anne Lefevre, Jacqueline Deville, Annie Lenglin, Charles Lenglin, Jean Wattelet, Laurence Pouillaude, Sophie Debuyser, Christiane Vernay, Sylviane Dherbomez, Robert Rapilly, Patrice Vandemaële.

Après une projection de diapos assurée par Jérôme, très agréable, intéressante, et qui nous donne plein d’idées, les Amis des Jardins Ouverts et néanmoins clôturés nous donnent quelques indications et conseils pour créer un jardin communautaire à Hellemmes :

Tout d’abord, ceci doit être une initiative d’habitants. Les A.J.O.n.c. apportent une aide au montage du projet, puis une aide à la gestion du jardin. Le but à terme est que le groupe soit autonome, constitué en association. Pour nous, l’association existe déjà, c’est C.H.I.C !

Actuellement il y a un animateur des A.J.O.n.c. pour trois jardins.

***

Un jardin communautaire est un lieu de rencontre, de contacts, de convivialité, il doit avoir un ancrage dans le quartier. Au départ, un groupe d’habitants déterminés fait un travail de repérage, choisit un terrain, puis entame une négociation avec la ville pour pouvoir établir une convention.

Au moment où on est sûr du terrain, on élargit la concertation avec les riverains en les mettant au même niveau d’information que le groupe de départ. Ceci est très important, dit Lise.

La ville aide à la préparation du terrain (décaissement, apport de terre).

Les habitants qui aiment l’action collective sont attirés naturellement par ce qui se passe et viennent d’eux-mêmes prendre contact.

Le jardin est accessible à tous dans le respect du projet collectif. (C’est un « terrain d’entente », dit Jérôme). Les usagers en ont la clé.

***

Si le jardin se situe sur le « Terrain sans Nom », il faut prévoir un aménagement global et cohérent du terrain, dont le jardin serait une partie.

Il se pose un problème de clôture pour le Terrain sans Nom. On choisirait la partie « en pointe », côté rue Denis-Papin, il y a déjà un mur.

***

Question : Que fait-on en hiver dans un jardin communautaire, n’est-ce pas un lieu pour l’été ?

On y fait beaucoup de choses, dit Jérôme, car il y a du boulot : nettoyage, préparation pour la belle saison, ramasser les escargots en octobre pour les jeter dans le jardin de Sophie, et quoi encore Jérôme ? Peut-être s’y retrouve-t-on aussi pour le plaisir quand il ne fait pas trop mauvais ?)

Les gens présents souhaitent qu’on garde à cet espace son aspect sauvage, libre de contraintes.

Chacun dit ce qui l’attire dans ce projet : un lieu pour se rencontrer, un lieu « sauvage », amour du jardin, pouvoir se débarrasser des plantes qui encombre le jardin privé, créer ensemble un espace qui n’est pas seulement de jardinage, mais aussi de petites constructions au gré des besoins et de l’imagination : abris, préau-scène (projeté au Jardin des Retrouvailles à Moulins), kiosque, jeux, sculptures, etc.

Annie ne veut pas de paille car elle est allergique.

Jérôme nous a offert des limonades extraordinaires de toutes les couleurs qui viennent de Houplines, et aussi des gaufres, et on a mangé des chips et des cerises.

Tout le monde était enchanté de cette première réunion.