accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Dicton de la semaine > ARCHIVES > 10 - Octobre

Articles

15 octobre - Sainte Thérèse d’Avila

Souvent Sainte-Thérèse nous apporte un petit été, mais surtout jardinier ne va pas te déshabiller.


Née à Avila (Espagne) le 28 mars 1515 elle s’illus­tra en tant que figure de la spi­ri­tua­lité chré­tienne et grande réfor­ma­trice monas­ti­que du XVIe siè­cle.

Tout com­mence près de Madrid, où une petite fille aime lire des romans de che­va­le­rie et rève également déjà d’absolu : finir en mar­tyre et déca­pi­tée ! Rêve peu com­mun chez une enfant de 8 ans.

Mais elle gran­dit, fré­quente des cou­sins et fait la coquette, d’ailleurs un peu trop au goût de son père qui l’envoie à 13 ans au cou­vent de l’Incarnation.

Après avoir été réti­cente, elle décide de consa­crer sa vie au Christ. Durant 27 ans, Thèrèse d’Avila res­tera dans cette com­mu­nauté, alter­nant les pério­des de mala­die et de gué­ri­son et fai­sant de nom­breu­ses visi­tes hors le monas­tère resté ouvert et lié à la société exté­rieure.

En 1542, troublée par ce qu’elle croit être une appa­ri­tion de Jésus, elle décide de met­tre fin à cette dolce vita qu’elle dénonce depuis quel­ques années et envi­sage de réfor­mer sérieu­se­ment les cou­vents.

Son intense piété et sa dévo­tion la font connaî­tre et, encou­ra­gée par son confes­seur Baltasar Alvarez, elle fonde le monas­tère Saint-Joseph, pour lequel elle met en appli­ca­tion de nou­vel­les règles monas­ti­ques ren­dues plus aus­tè­res en dur­cis­sant les voeux de pau­vreté et de silence. Ultime dépouille­ment, elle exige que les reli­gieux aban­don­nent les chaus­su­res pour des san­da­les de cuir ou de bois.

A par­tir de 1562 pas moins de dix-sept monas­tè­res sont cons­truits pour accueillir ceux que l’on sur­nomme désor­mais « les car­mes déchaus­sés ».

Aspirant à vivre en recluse pour mieux attein­dre la per­fec­tion spi­ri­tuelle menant à l’extase, Thérèse d’Avila conti­nue de sillon­ner l’Espagne mal­gré son mau­vais état de santé, veillant à la réa­li­sa­tion de sa réforme, avant de mou­rir à Alba de Tormes le 04 octo­bre 1582.

Elle sera béa­ti­fiée en 1614.