accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Dicton de la semaine > ARCHIVES > 12 - Décembre

Articles

31 décembre - la Saint Sylvestre

Chaque Saint-Sylvestre sonnée, nous fait plus vieux d’une année.


On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années ; on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau : renoncer à son idéal ride l’âme. (Douglas MacArthur)

La tradition du Nouvel An remonte à Babylone, 2000 ans avant J.-C. L’année commençait vers l’équinoxe de printemps, au mois de mars. La fête, qui durait 11 jours, tournait autour du culte de Marduk, le Dieu de la ville.

Les origines de la saint Sylvestre sont multiples et se perdent dans la nuit des temps. A l’origine, le 31 décembre était une fête païenne d’origine celte, particulièrement célébrée par les Gaulois. S’embrasser sous une branche de gui apportait en principe bonheur, santé et prospérité dans l’année à venir. Les origines païennes se sont mélangées aux origines religieuses en drainant l’ensemble des croyances populaires et religieuses liées au solstice d’hiver. Le nouvel an vit le jour vers 46 avant notre ère sous l’impulsion de Jules César qui décida que le 1er Janvier serait le Jour de l’An. Les romains dédiaient ce jour à Janus, le dieu païen des portes et des commencements. Le mois de Janvier doit son nom à Janus qui avait deux faces : une vers l’avant et l’autre vers l’arrière. La nuit précédent le premier janvier, les romains faisaient un long repas qui permettait d’attendre l’arrivée de la nouvelle année. La tradition voulait que plus le nombre de plats servis au court de ce repas était grand, plus l’année serait prospère et abondante.

A notre époque encore chez nous, il est de coutume de fêter le nouvel an par un banquet la veille, c’est à dire le 31 décembre : c’est le réveillon de la Saint-Sylvestre. Ce repas comprend généralement du foie gras et du champagne. Après celui-ci, les fêtes mêlent danses et lancers de cotillons, boules et rubans de papiers… À minuit, chacun s’embrasse sous le gui, en se souhaitant les meilleurs vœux possibles, et en s’engageant dans d’éventuelles bonnes intentions. Puis, on offre les étrennes, cadeaux de nouvelle année.

Mais qui est ce saint qui a donné son nom à une nuit de fête ? Quand on dit "Saint Sylvestre", on pense inévitablement au réveillon de nouvel an. Mais que sait-on de l’histoire, de la personnalité et des actes de ce Sylvestre ?

Sylvestre était un romain. Fait peu courant à cette époque, il hébergea un chrétien, Timothée (qui fut décapité par la suite sur ordre du préfet de la ville). C’était un acte de courage dans ce temps-là que d’avoir des amitiés chrétiennes. Cela lui valut la prison. Par la suite, le pape Miltiade l’ordonna prêtre.

Elu à la succession de Miltiade, Sylvestre, 33e pape, occupa le saint siège pendant près de 22 ans (314-335) sous le règne de Constantin le Grand (306-337). Le concile de Nicée (325) se tint sous son pontificat (même s’il n’y participa pas lui-même) et vit la condamnation de l’hérésie du prêtre Arius, l’arianisme. C’est sous son règne que le christianisme fut reconnu comme religion de l’Empire romain avec la conversion de l’empereur Constantin le Grand. Celui-ci fit édifier la basilique Saint-Jean de Latran, la basilique de Sainte-Croix de Jérusalem, la basilique de Saint-Paul hors les Murs et la basilique de Saint Laurent. St Sylvestre fut l’un des tous premiers canonisés sans avoir connu le martyre.