accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Festival des JONC – Festival des GENS > Le Jardin Secret > Passages 2009

Articles

PRESSE : La Voix du Nord Lille Quartiers | EXPOSITION | samedi 11.07.2009, 04:50

Avec Pascale Sannier, le Jardin secret au-delà des apparences


La technique de l’huile sur acrylique de Pascale Sannier accentue l’effet de relief de ses toiles.

Durant l’été, l’association les AJOnc donne chaque mois carte blanche à un(e) artiste qui expose dans le Jardin secret. Hier soir, le vernissage de l’exposition de Pascale Sannier démontrait la justesse de ce choix en permettant au spectateur d’aller au-delà des apparences.

Bien que fréquentant le centre d’arts plastiques de Wazemmes, Pascale Sannier se définit comme autodidacte. Ses peintures, en grand format, démontrent pourtant une maîtrise de l’espace et de la profondeur.

En partant d’un personnage, souvent féminin, elle travaille d’abord le fond du tableau et, par quelques aplats de couleurs, amène à une profondeur sur laquelle elle pose ensuite un visage, ou une partie de corps. Si le fond est en acrylique, le personnage est à l’huile, en dégradés de gris. Par ce mariage de techniques, on a le sentiment étrange d’un collage, d’une superposition, qui accentue cette lecture à plusieurs niveaux.

Au hasard des tableaux, on devine la femme qui sort du hammam, entourée de galets chauds. Mais, dans le même temps, est-elle sereine ou soumise à lapidation ? Chaque tableau amène une lecture qui est fonction du public. Au-delà de l’apparence, Pascale Sannier invite à regarder plus loin, à sortir de son conformisme.

« Je travaille sur le camouflage, pour aider à aller au-delà des apparences, qu’il s’agisse du vêtement ou du mental. On est éduqué, on rentre dans un moule, tout est paramétré. C’est pourquoi j’attache beaucoup d’importance à ce que l’on voit/vit vraiment. Peindre est une activité manuelle qui permet de changer de registre, de se poser, voire de se reposer sur le plan émotionnel. On arrive à mettre les choses en place. »

Surplus sociétal

Ce travail de déconstruction/ construction oblige le spectateur à fouiller du regard les formes et les couleurs pour en deviner la réalité.

En général, Pascale Sannier part d’une photographie et travaille par des superpositions de formes, de végétal, de minéral. L’ensemble est chargé d’émotion et dégage une harmonie troublante. Le personnage se devine plus qu’il ne se voit, et c’est en grattant le superflu sociétal que l’on réussit à trouver le naturel.

Animatrice aux AJOnc, Pascale Sannier accorde beaucoup d’importance à ce qui l’environne. Ce qui peut expliquer la parfaite adéquation de ses tableaux avec les murs et branchages du jardin secret, caché au fond du jardin des (Re)trouvailles. Une exposition à ne pas manquer.

• A. S. (CLP)

> Exposition visible en juillet sur rendez-vous, au jardin des (Re)trouvailles, face au 11, rue Montesquieu. Un « repassage » est prévu le 18 juillet