accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Festival des JONC – Festival des GENS > Le Jardin Secret > Passages 2008

Articles

La Voix du Nord - Lille Quartiers - vendredi 19.09.2008, 04:54

Repassage chamanique avec Daniel Hémard


Les jeunes du Club Nature ont inventé un roman-photo en illustrant, au fur et à mesure de l’histoire, les pages suspendues entre deux arbres...

 MOULINS 

Il y a une semaine, le jardin secret avait donné carte blanche à Daniel Hémard, membre actif des AJOnc, pour qu’il expose une partie de ses peintures et constructions oniriques. Cette exposition a de nouveau été ouverte au public, samedi, à l’occasion des dix ans du jardin des (Re)trouvailles.

En tant que lieu d’exposition, le jardin secret est de moins en moins secret puisqu’il attire de plus en plus de monde, amis de l’artiste, amateurs éclairés et voisins curieux. Situé au fond du jardin des (Re)trouvailles, il faut passer par un trou percé à même le mur pour accéder à ce lieu sauvage de buissons et d’arbustes, où un reste de bâtisse sert d’abri aux oeuvres les plus fragiles. Car un des intérêts du jardin secret est de permettre l’exposition en plein air, sans souci de vandalisme, et cette particularité est souvent utilisée par les exposants. L’autre intérêt du jardin secret est de s’ouvrir sans exclusive à toute forme d’expression artistique et Daniel Hémard s’inscrit dans cette longue cohorte d’artistes qui ont encore quelque chose à exprimer.

Thérapie

Impliqué de longue date dans le développement des jardins associatifs, il se sert de la peinture comme d’une thérapie et il suffit d’observer le triptyque alliant le serpent du caducée à l’homme emprisonné pour comprendre les passages difficiles qu’a connus Daniel Hémard. Ce travail, oeuvre concrète qu’il est fier d’exposer, Daniel l’a pensé durant plus d’une année avant de s’y consacrer pendant six mois pleins. Et sa barbe fournie ne réussit pas à cacher l’émotion qui l’étreint lorsque des visiteurs l’interrogent sur ses toiles : il pourrait ainsi expliquer pendant des heures le cheminement intellectuel qui l’a amené à peindre une huile sur toile avec, au recto, une crucifixion et, au verso, le portrait d’un ancien président.

En plus de ces tableaux au message parfois limpide, une série de peintures à l’huile se suit, représentant à chaque fois un sabord ouvert avec le canon pointé sur une mer de plus en plus furieuse. Le dernier tableau se complète d’une véritable voile déployée au plafond sur laquelle s’esquisse un trois-mâts barque.

Politique

À l’extérieur, les tableaux deviennent plus grinçants sans jamais être méchants. L’ironie est douce, comme l’est Daniel Hémard. L’oeil pétillant, il détaille avec malice les différentes lectures que l’on peut faire de son travail, où bien souvent le politique n’est pas ménagé. « Je suis peut-être politiquement incorrect, mais c’est parce que la politique n’est pas correcte. Il y a beaucoup d’attentes suivies bien souvent de beaucoup de déceptions », déclare-t-il en décrivant un de ses nombreux tableaux consacrés au président actuel.

En plus de peindre, Daniel Hémard possède une connaissance pointue de la chimie des plantes. Sans hésiter, il peut énumérer des compositions complexes et cette connaissance alliée à son goût à enfiler parfois une vaste toge l’a rendu célèbre sous l’appellation de chaman. Une exposition du chaman dévoilée pour la deuxième fois et de ce fait illustrée par une table à repasser, et voilà pourquoi, pour cette dernière manifestation du jardin secret de cette année, nous avons eu droit à un repassage chamanique.

• A. S. (CLP)