accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Le Réseau > 4 - L’Écho des brouettes > L’Echo des brouettes, n° 9 (2009)

Articles

L’évènement médiatique de la saison...

...L’écho des brouettes printemps-été 2009


Numéro 9, le dernier né !

32 pages couleurs qui reflètent la richesse des jardins communautaires ; Vie des jardins, Dossier biodiversité sur les jardins (jardin au naturel, les abeilles,...), Culture, Activités pédagogiques,....

Disponible au local AJOnc, sur les jardins communautaires et divers lieux publiques (T. 03 28 550 330)

Le Sommaire

- 1 Edito

- 4 Prise de bulbe

Histoire en marche des jardins communautaires en région Nord-Pas de Calais

- 6 La vie rêvée des groupes

- 13 Le dossier : La Biodiversité des jardins partagés communautaires

. le jardin au naturel

. les abeilles

. coup de gueule de loup !

- 21 La vie rêvée des groupes (suite)

- 24 Essaimage

- 25 Derrière la clôture

- 28 Culture

- 30 Activités pédagogiques

- 31 Recettes / People

- 32 Le rendez-vous des poireaux

L’édito de Claude Pruvot, président de l’association AJOnc

Le Développement Durable, un concept à la mode. Il est même devenu un bel outil marketing dans la communication des grands groupes industriels. Pour beaucoup c’est également une façon de se donner bonne conscience. Le Développement Durable ne serait-il donc qu’une utopie ?

Aux AJOnc nous croyons à ce concept qui a pour définition de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs, ce qui suppose de concilier protection de l’environnement, progrès social et développement économique, au contraire de les opposer comme actuellement avec pour résultats crises économique et sociale, désastres environnementaux…

Qu’il s’agisse de l’environnement, du réchauffement climatique, de la santé ou des catastrophes naturelles, nous sommes désormais confrontés à des menaces et des défis qui sont à l’échelle planétaire et doivent être traités au niveau mondial. En quelques décennies de « civilisation » dans notre folie de consommation nous sommes presque parvenus à détruire ce que l’évolution naturelle aura mis plusieurs milliards d’années à construire. Voila pourquoi c’est aussi une question de responsabilité collective et donc à chacun d’assumer cette responsabilité, pas seulement aux “spécialistes”.

C’est parce que nous croyons que la vie dans toute sa biodiversité en vaut la peine, parce que nous voulons de l’herbe, des arbres, des fleurs, des oiseaux, mais aussi des sourires, de la joie, de la convivialité,

parce que nous voulons un développement de l’humanité compatible avec la réalité physique de notre planète, avec plus d’équité et de partage afin de sortir du cercle vicieux de la pauvreté et de la destruction des ressources naturelles,

parce que nous souhaitons un épanouissement durable et équitable de l’humanité,

parce qu’enfin nous rêvons tout simplement d’un futur bien vivant,

que dans nos jardins communautaires et partagés nous mettons le développement durable au centre de nos activités.