accueil | Plan du site | Agenda | Grands évènements | Liens | Espace adhérent

Accueil > Festival des JONC – Festival des GENS > Les AJOnc font leur cinéma > Saison 2008

Articles

Article de presse

La Voix du Nord - dimanche 05.10.2008 - Lille Quartiers | MOULINS |


{{Les AJOnc ont fait leur cinéma devant leurs adhérents, à l’Univers}}

Claude Pruvot et René Penet, des AJOnc, souhaitent également projeter des films dans les jardins communautaires.

Mercredi et jeudi soir, au cinéma l’Univers, les AJOnc ont à nouveau fait leur cinéma en présentant une sélection de films du festival de Cinéfeuille à leurs adhérents et sympathisants. Cette formule, initiée l’an passé, s’étendra bientôt aux jardins communautaires avec l’organisation de minicinés.

Cinéfeuille est un festival du film sur les jardins et paysages qui se déroule à Gaillac (Tarn) depuis huit ans. L’édition 2008, qui s’est déroulée fin mai, a défriché le thème de la biodiversité. Et une nouvelle fois, l’association AJOnc (Amis des jardins ouverts et néanmoins clôturés) a décidé de partager une sélection de cette nouvelle édition.

Cependant, contrairement à l’année dernière, les AJOnc n’ont pas eu à sélectionner les films en fonction du palmarès établi lors de Cinéfeuille. Car le festival a décidé de ne plus classer les réalisations. Ce que salue Claude Pruvot, président des AJOnc. « Établir un palmarès alimente malgré tout un esprit de compétition, alors que ce n’est pas le but de ce festival. L’important est d’avoir un festival autour de la nature, pas de distribuer des prix. Revers de la médaille pour nous, l’absence de palmarès nous a obligés à établir notre propre sélection parmi tous les films proposés. » Cette année, trois films étaient proposés à l’Univers, deux sujets portant sur des thèmes propices aux débats et un autre, un peu plus léger, présenté sous forme d’animation.

Le premier film, un documentaire d’Andréa Bergala, Les tomates voient rouge, ébauchait une réflexion sur l’uniformisation du goût et ses aspects économiques, en prenant l’exemple de la tomate, dont il existe des milliers de variétés quand nous n’en consommons que cinq.

Le deuxième film, considéré comme un intermède, était un film d’animation de Thomas Szabo, Minuscule, où, par plusieurs saynètes humoristiques, la vie quotidienne de nos amis les insectes est représentée, dans un mélange habile de scènes réelles et d’incrustation en images de synthèse.

Le dernier film, El Ejido, la loi du profit, était plus grave et traitait des effets néfastes de la mondialisation en racontant l’enfer de travailleurs immigrés en Espagne. En effet, dans la province d’Almería, El Ejido fait figure d’eldorado : le plus grand alignement de serres au monde, la plus grande concentration de banques. Mais pour ceux qui y travaillent, qui sont des clandestins venus d’Afrique pour la plupart, ce lieu est devenu un enfer : salaires de misère, logements insalubres, véritable esclavage moderne. Un sujet qui a fait débat.

Lier habitants et jardiniers

Contrairement à l’année dernière, la programmation du jeudi était la même que celle du mercredi. Pour René Penet, « on touche ainsi un public plus large, car le mercredi, tout le monde ne peut pas se libérer. Mais ce public, qui vient au cinéma l’Univers, reste un public de cinéphiles urbains et pour se rapprocher au mieux des habitants et des jardiniers, nous comptons organiser, en parallèle de ce festival, des mini-cinés qui se dérouleraient dans les jardins associatifs ». • A. S. (CLP)

-  Les AJOnc (Amis des Jardins Ouverts et néanmoins clôturés), 11-13, rue Montaigne. Tél : 03 28 55 03 30. ajonc@free.fr.